5 conseils pour bien choisir son nom de domaine

Internet est un champ d’action dont nul acteur économique ou social ne saurait dorénavant se passer. Lancer une activité équivaut aujourd’hui (sans s’y limiter !) à lui donner le maximum de visibilité, en la dotant notamment d’un site dédié. Or, la sélection de son nom de domaine est ici de grande importance. Retrouve nos 5 conseils pour faire le bon choix dès le départ.

1. La conformité avec le contenu du site

Ton activité est déjà lancée et tu mets ton site en place avec Amen après coup, ou bien est-ce l’inverse : tu prévois ton coup bien à l’avance ? Tu as tout intérêt à choisir ton nom de domaine en même temps que tu montes ton projet d’entreprise ou autre aventure.

En effet, l’attribution d’un « mauvais nom » à ta société ou au concept que tu lances risquerait de te handicaper grandement dans le choix d’un nom de domaine, ce qui pourrait avoir des répercussions négatives sur la suite. Autant tout bien peser en amont pour mettre toutes les chances de son côté ! Le nom de domaine doit bien refléter le contenu prévu pour le site, ne faire qu’un avec celui-ci.

2. La brièveté et la précision du nom de domaine

Un nom de domaine n’est pas une méditation poétique de Lamartine. Ce n’est même pas un haïku ! La brièveté est de rigueur, car les noms à rallonges sont de facto plus difficiles à mémoriser pour les internautes et ils n’ont pas bonne presse sur la plupart des outils SEO. L’AFNIC préconise d’ailleurs en ce sens un petit test.

3. La concurrence sémantique

Ça y est, en fonction de ton projet et de sa brièveté, tu as trouvé un nom de domaine qui te semble être la perle rare… ! Ce n’est malheureusement pas fini : il te faut vérifier qu’il n’y ait pas de concurrence sémantique. Avec un article de plus ou de moins, ou une lettre, un signe, le nom de domaine pourrait déboucher sur une institution déjà bien établie, voire chez un concurrent. Dans un tel cas, mieux vaut trouver autre chose, pour se démarquer et jouir d’un nom original.

4. Évite les tirets

On n’y pense que rarement, mais le fait est que l’audience mobile est majoritaire pour les internautes en quête de lecture sur le web. Or, tu auras pu faire l’expérience que l’ajout de symboles et de tirets n’est pas toujours très pratique : autant donc les bannir de son nom de domaine !

5. Le rachat d’un nom de domaine existant

Tout un monde SEO gravite autour du rachat de domaines expirés pour du domaining : Kifdom, Youdot, etc. L’hébergeur peut à volonté faire migrer son nouveau nom de domaine vers l’hébergeur de son choix, dont Amen.

Cela peut permettre de partir de noms de domaine déjà installés en termes de DA, CF, TF… mais c’est à double tranchant : ledit domaine peut jouir d’une mauvaise réputation ! En outre, s’il y a toujours une chance de trouver LE domaine taillé sur mesure, le choix est beaucoup trop restreint. Ce serait dommage de s’y limiter.

Cet article a été rédigé par un partenaire invité dans le cadre d’un partenariat sponsorisé

Tu souhaites recevoir nos meilleurs articles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *