Applications

Application mobile : Le hit Flappy Bird ou l’art du Buzz Marketing.

Dans le monde des applications mobiles, Flappy Bird est ce que l’on appelle un véritable hit.

La méthode est simple : un jeu simpliste qui rend accro en frustrant les joueurs et un peu de buzz marketing transforment un jeu sur qui personne n’aurait misé en un N°1 des charts sur l’App Store et le Google Play.

Le jeu sortit fin 2013, a crée le buzz pour plusieurs raisons. Autopsie.

Inspiration ou plagiat ?

Tout d’abord, dès la première partie, personne ne peut passer à côté de la ressemblance entre l’univers de Flappy Bird et celui des premiers Mario en couleurs.
Quel gameur n’a pas tenté de rentrer dans un des tuyaux comme avec le plombier pour choper un passage secret. Bizarre d’ailleurs que Nintendo n’ai pas encore montré les crocs.

Flappy Bird Vs Mario

En suivant l’affaire d’un peu plus près, on découvre une grosse ressemblance entre Flappy Bird et Piou Piou (Deux oiseaux aux grosses lèvres qui doivent éviter des tubes / cactus verts…) développé par le Français Kek de Zanorg. Ce dernier a, quant à lui réagit sur les similitudes entre les deux jeux mais assure « qu’il ne va pas en chier une pendule » sur Twitter. On sent quand même un peu de frustration dans ses derniers tweets, réaction totalement compréhensible quand on connaît la difficulté à percer dans le monde des applications mobiles.

50000 $ / jour

Le semaine dernière, nous apprenions que Flappy Bird rapporterait 50k dollars par jours à .Gears Studio. (Pardon ?)
L’application est 100% gratuite et tire donc ses revenus de la publicité. Les charts aux Etats Unis, Japon et Angleterre font le reste. La publicité, très discrète, est visible occasionnellement sous la forme d’une fine bannière en haut de l’écran. Cela confirme également une tendance du marché qui se dirige de plus en plus vers ce type de modèle.

Flappy Bird est ainsi rapidement rentré dans le cercle vertueux des applications mobiles:  Téléchargements -> Meilleur classement -> + de téléchargements -> Buzz -> Encore + de téléchargements -> Plus de revenus etc etc….

Plusieurs rumeurs courent sur le fait que .Gears aurait acheté des notations sur le Google Play Store pour apparaître dans les charts et ainsi faire grimper Flappy Bird. Pas de quoi faire un scandale, de nombreux développeurs ont recours à cette méthode pour lancer leurs apps.

Buzz marketing

Enfin, la recette de Don Nguyen, le dev vietnamien du jeu, se termine avec une pointe de buzz marketing bien huilée (ou pas ?). Tout d’abord, la publication de ses revenus, puis les « rumeurs » de plagiat tout ca pour finalement, annoncer, hier le retrait de Flappy Bird des stores. Trois étapes qui ont fait le buzz sur Twitter où @dongatory est très actif.
Le jeu devrait donc disparaître des stores aujourd’hui car le créateur subirait son succès plus qu’autre chose. Il précise également que Flappy Bird n’est pas à vendre, qu’il continuera à faire des jeux et que la suppression du jeu n’est pas due à un problème légal.

Comment traduit-on « cracher dans la soupe » en Vietnamien ?

To take away

– Article: « Comment j’ai failli être millionnaire » par Kek dans le Huffington Post.

– Suivre la saga sur twitter: @kek_zanorg, @dongatory

– Télécharger les jeux:

Flappy Bird : Ce n’est plus possible, et les vulgaires copies sont et ne resteront que de vulgaires copies..

Piou-Piou


Application mobile : Le hit Flappy Bird ou l’art du Buzz Marketing.
Votre avis sur cette info ?

Vous souhaitez recevoir nos meilleurs articles ?

En vous abonnant à la newsletter LEPTIDIGITAL, vous confirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité et de traitement des données (votre email ne sera jamais partagé et restera anonyme 😉 ).

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Adrien

    13 février 2014 à 5 h 54 min

    On en redemande !!! par ici vous etes maintenant dans mes preferences, a bientot.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

haut