Black Hat SEO : Qu’est-ce Que C’est ? 10 Exemples de Techniques

Qu’est-ce que le Black Hat SEO ? Découvre 10 méthodes qui pourraient exposer ton site web à des pénalités de la part de Google.

En SEO, pour atteindre tes objectifs de positionnement dans les résultats de recherche, le chemin peut être très long. Selon la thématique, ton budget et le temps que tu peux y accorder, bien référencer son site demande plus ou moins de patience et d’investissement. Ainsi, il peut être tentant de passer par des méthodes SEO black hat, bien que risquées et peu scrupuleuses pour certaines. Qu’est-ce que le black hat SEO ? Quelles sont les techniques de black hat SEO ? Comment optimiser le référencement de son site sans passer par là ? Quelle est la différence avec le white hat SEO ? Voici tout ce que tu dois savoir sur le SEO black hat.

SEO Black Hat : Définition

Le black hat SEO correspond à l’ensemble des méthodes qui sont déconseillées, voire interdites, par un moteur de recherche mais qui permettent dans certains cas d’améliorer rapidement son référencement naturel (sans pour autant garantir un bon positionnement dans la durée). Ces techniques, efficaces pour certaines, sont souvent peu éthiques et loyales. Certaines sont même tout simplement illégales.

Utiliser des techniques black hat, c’est essayer de tromper et manipuler les moteurs de recherche pour obtenir des positions naturelles intéressantes initialement non « méritées ». En ayant recours à ces pratiques, le référenceur black hat s’expose à des pénalités (algorithmiques ou manuelles) et parfois même à des sanctions pénales.

Le black hat SEO est souvent utilisé par des référenceurs pour des sites « jetables » ou des sites secondaires exclusivement utilisés dans le but de pousser d’autres sites web plus « propres », baptisés « money site ».

Quelle différence avec le White Hat SEO ?

Comme son nom l’indique, le White Hat SEO est tout simplement l’inverse du Black Hat SEO. Autrement dit, c’est une approche du SEO qui consiste à appliquer au maximum sur son site les préconisations issues des moteurs de recherche sans tenter de les manipuler. Néanmoins, la frontière peut dans certains cas être floue entre ces 2 opposés. Pour ne donner qu’un exemple, l’achat de liens et la plupart des actions de netlinking sont contraires aux bonnes pratiques de Google mais cela n’empêche pas pour autant la plupart des référenceurs qui se considèrent comme « white hat » d’avoir recours à ces techniques.

Quels sont les risques du Black Hat SEO ?

Pénalité de la part de Google (et des autres moteurs de recherche)

Quand tu utilises des méthodes black hat pour booster le référencement d’un site, le principal risque encouru est de voir le site en question rapidement pénalisé par les moteurs de recherche. En effet, si l’utilisation de méthodes Black Hat est repéré par le moteur de recherche, il a totalement le pouvoir de vie ou de mort sur ta présence dans ses résultats de recherche organiques.

Les pénalités sont de deux types : algorithmiques (gérées automatiquement) ou manuelles (infligées manuellement par l’équipe anti-spam de Google).

Les pénalités affectent surtout le classement de tes pages dans les SERP. Ces dernières peuvent alors être complètement déclassées (perdre leurs positions) ou ton site peut également être totalement désindexé et donc invisible.

Évidemment, la perte de positions SEO entraîne un enchaînement de conséquences indirectes peu désirables. Ton trafic va diminuer brutalement et tes revenus également.

Il faut bien songer que le SEO est le moyen le plus efficace sur le long-terme pour s’assurer d’avoir du trafic. C’est aussi le moyen le plus naturel et un des plus rentables. Si ton site reçoit des pénalités au niveau de son positionnement dans les SERPs, il faudra alors passer par d’autres moyens, plus onéreux, pour acquérir du trafic.

Sanctions judiciaires dans les cas extrêmes

Avec certaines méthodes que nous allons voir, le black hat SEO peut s’exposer à des sanctions judiciaires, mais on parle bien là de cas extrêmes. Par exemple, dans le cas du piratage d’un site dans le but de profiter de son référencement et de sa visibilité. À ce moment-là, tu t’exposerais logiquement à des poursuites judiciaires. Cependant, en appliquant des méthodes seulement pénalisées par les moteurs de recherche, il y a très peu de chances d’en arriver là.

Aucun impact positif du côté des internautes

Comme on l’a dit, en passant par des techniques de Black Hat SEO, tu t’exposes à diverses sanctions. Néanmoins, les visiteurs eux-mêmes peuvent indirectement sanctionner ces pratiques.

En effet, nous le verrons par la suite mais certaines de ces méthodes n’apportent aucune valeur ajoutée aux internautes. En fait, tout perd de son sens si l’utilisateur n’est plus au centre des intentions. En d’autres termes, tu auras gagné des positions SEO en utilisant des méthodes risquées, pour que finalement tes potentiels clients (ou autre) ne convertissent pas, ou pire encore ne cliquent pas.

Bien sûr, il faut nuancer ce risque puisque toutes les méthodes Black Hat ne ruinent pas l’expérience utilisateur. Quoi qu’il en soit, si tu songes à passer par l’une de ces techniques, pense en premier lieu à la valeur de tes pages aux yeux de ton audience. Sinon, tu prendras juste des risques inutiles pour ton site web.

Quelles techniques sont considérées comme black hat SEO ? 10 exemples

1 – Le Cloaking

Le but du cloaking est simple : tu proposes une page différente au moteur de recherche et aux internautes. L’objectif est évident : tu proposes à Google une page parfaitement optimisée pour le référencement et à l’internaute une page au top pour l’expérience utilisateur.

Expliqué de cette manière, on ne voit pas forcément le mal à faire du Cloaking. Mais, le fait de présenter 2 versions d’une page et surtout d’en cacher une à Google est une pratique trompeuse pour manipuler les résultats de recherche.

On peut faire du cloaking de différentes manières : à partir du user agent, via Javascript, Dhtml, l’en-tête HTTP_Referer ou Accept-language ou encore à partir de l’adresse IP.

Il existe tout de même du cloaking toléré par Google, basé sur le ciblage géographique de l’internaute par exemple, puisqu’il permet d’améliorer l’expérience de ce dernier. Quoi qu’il en soit, le cloaking est une méthode black hat à fort potentiel, que Google juge donc très sévèrement.

2 – Le Negative SEO

Le Negative SEO n’est pas une méthode sur laquelle tu vas directement booster ton référencement. En fait, cela consiste plutôt à empêcher ou à limiter le développement de sites concurrents pour qu’ils ne se positionnent pas devant toi. C’est une méthode très peu fair-play et qui, encore une fois, ne va pas dans le sens des utilisateurs. En effet, si le moteur de recherche décide qu’une page doit être devant l’autre, c’est souvent parce qu’elle propose plus de valeur dans son contenu. Le Negative SEO va donc à l’encontre du moteur de recherche et des utilisateurs.

Il existe plusieurs manières de procéder au Negative SEO telles que :

  • Génération de backlinks indésirables : créer des liens « toxiques » qui pointent vers le site web. Cela permet non seulement de perturber le profil de lien, mais aussi l’autorité du site.
  • Les faux avis : à l’ère du digital, nombreuses sont les entreprises qui ont déjà fait face à ce genre de problème. En SEO, on peut faire la même chose et aller rédiger des avis négatifs qui nuiront au positionnement et au taux de clic.
  • Dupliquer les pages : plagier un contenu pose un problème puisque Google n’aime pas le contenu dupliqué.
  • Etc…

3 – Le contenu dupliqué

Comme tu t’en doutes, prendre le contenu de quelqu’un d’autre dans le but de se l’approprier n’est pas autorisé. C’est pourtant une technique black hat très répandue pour créer du contenu très rapidement. Cela peut être tentant lorsque tu disposes d’un site avec une bonne autorité. Néanmoins, Google détecte bien le contenu dupliqué et n’hésitera pas à appliquer une pénalité à ton site.

Dupliquer du contenu en SEO Black Hat
Dupliquer du contenu en SEO Black Hat

Il en est de même pour les contenus copiés et volés en provenance de sites dans des langues différentes puis traduits automatiquement.

4 – Le contenu généré automatiquement

Dans la même lignée que le contenu dupliqué : le contenu généré automatiquement. Ces derniers temps, on a vu que l’IA était de plus en plus présente au sein de la création de contenu. Certains outils nous proposent même de rédiger automatiquement des parties de contenus.

Si on suit les recommandations de Google, le contenu généré automatiquement par des méthodes comme GTP-3 est considéré comme du spam. Or, les méthodes actuelles d’analyses de Google ne permettent en réalité pas d’aller aussi loin. Le contenu grossier est repéré, mais les textes générés par l’IA sur des outils comme Jasper ou Semji n’ont eux que peu de chances d’entraîner une pénalité.

À l’avenir, on peut imaginer que Google va renforcer ses capacités sur ce point-là, tout comme les textes générés vont s’améliorer. Difficile de prédire l’évolution de cette méthode.

5 – L’utilisation abusive des Snippets

Les Featured Snippets et Rich Snippets sont des éléments complémentaires d’une page qui visent à enrichir les résultats de recherche pour aider l’internaute à trouver plus facilement la réponse à sa requête. Par exemple, il peut s’agir d’informations sous le titre d’un résultat de recherche (avis, informations commerciales, prix, réponses à des questions, etc…) ou d’affichages générés par Google en position 0 par exemple.

L’intégration de faux avis ou de fausses notes dans le balisage schema.org est assez répandu et difficilement vérifiable par Google. Ce genre de manipulation n’a pas d’impact direct sur le SEO néanmoins, une bonne note peut influencer les internautes et faire basculer leurs clics en ta faveur.

6 – L’utilisation du content spinning sur des pages satellites

Une page satellite est une page qui a pour seul but de se positionner sur une requête et servir de passerelle entre cette requête et le site. L’exemple le plus parlant est la création de pages pour chacune des villes ciblées par un service grâce à la génération automatique de textes via le content spinning. La page sera dupliquée pour chacune des villes, afin de drainer du trafic de manière plus large vers le site. C’est également utilisable pour des requêtes proches mais pas assez pour permettre le positionnement d’une seule page.

Cela peut paraître pertinent et intéressant pour les utilisateurs, puisqu’on apporte une réponse plus ou moins adaptée. Néanmoins, cela représente un comportement peu naturel, qu’on ne ferait pas si les moteurs de recherche n’existaient pas. De plus, chaque page doit apporter une valeur et avoir un but. Google est donc contraire à cette pratique de génération de pages en masse via le content spinning.

7 – La génération automatisée de liens en masse (spamco, forums, création de blogs…)

Encore utilisées aujourd’hui par certains référenceurs black hat, toutes les techniques de génération en masse de liens sont toutefois de moins en moins efficaces puisque plus rapidement détectées par les algorithmes des moteurs de recherche.

Parmi ces techniques, on retrouve :

  • Le spamco (ou spam de commentaires) : le principe est simple, les black hat SEo identifient des footprints avec des logiciels SEO spécialisés et soumettent des commentaires en masse sur des miliers de sites avec leurs liens dedans en espérant que certains soient validés automatiquement.
  • Le spam de forums : pratique assez similaire au spamco mais adaptée aux forums, cette pratique consiste à créer des profils de forum en masse en intégrant un lien vers son site sur ces derniers. Cette approche est aussi utilisée pour publier en masse des posts de forum avec des liens dedans.
  • La génération automatique de blogs gratuits : cette approche consiste à utiliser les plateformes de gréation de blogs gratuits pour créer des centaines de sites distincts qui intégreront tous des articles dupliqués, générés automatiquement ou de faible qualité dans lesquels des liens seront placés vers son site.

8 – Les redirections masquées

Si tu gères un site web, tu t’es sûrement déjà occupé de redirections 301 dans le cadre d’un changement d’URL ou d’une refonte de celui-ci. Sache qu’il est possible d’avoir un usage trompeur des redirections aux yeux de Google.

En effet, à l’image du Cloaking que nous avons vu plus tôt, il est possible grâce à des redirections Javascript invisibles aux robots d’exploration des moteurs de recherche de tromper le robot pour lui montrer une page différente de celle que consulteront les internautes. Là aussi, le fonctionnement est en réalité assez simple. Lorsque tu fais une redirection non permanente invisible aux robots, le moteur de recherche indexera la page de base (c’est-à-dire avant redirection). Ainsi, tu peux montrer ce que tu veux que Google voit sur cette page et une version différente pour l’utilisateur sur la page redirigée.

9 – Le Keyword Stuffing

Le Keyword Stuffing, ou « bourrage de mots-clés » est sûrement la technique Black Hat la plus connue. Aujourd’hui, avec les différentes évolutions de l’algorithme de Google, cette méthode est de moins en moins utilisée, et à juste titre.

Son nom est assez parlant, mais le Keyword Stuffing consiste à placer de manière répétée dans une page le mot clé ciblé par celle-ci. Quand on parle de répétition, on ne parle pas de 2 ou 3 fois, mais bien d’une répétition abusive, presque dans chaque phrase. Depuis 2011 et Google Panda, cette méthode a perdu en efficacité et il est aujourd’hui impossible de se positionner en faisant du bourrage de mots clés.

Si on reprend notre principe d’expérience utilisateur, c’est plutôt une bonne chose que cette technique ne soit plus efficace. Répéter de manière insensée une expression dans une page n’apporte aucune valeur. De plus, cela se repère en un coup d’œil, ce qui affecte la crédibilité du site aux yeux de tous.

Pour éviter le Keyword Stuffing, on te conseille d’utiliser un vocabulaire riche et variée. Avant de rédiger ta page, n’hésite pas à faire une liste de synonymes du mot clé ciblé pour diversifier au maximum ton contenu.

10 – Hacker un site pour profiter de son référencement

Le dernier exemple de technique SEO Black Hat que nous pouvons citer est le piratage d’un site web. Bien entendu, s’approprier l’accès à un site web qui n’est pas le sien sans autorisation est illégal.

SEO Black Hat : Hacker un site web
SEO Black Hat : Hacker un site web

Les black hat non-éthiques qui ont recours à cette technique peuvent y voir plusieurs « intérêts ». C’est une manière d’aller insérer un backlink gratuitement en sa faveur par exemple. Cette technique black hat est également utilisée en negative SEO pour supprimer des pages ou même insérer un virus sur un serveur… Tout cela peut même aller plus loin, avec le vol d’informations sensibles. Bien entendu, il s’agit d’un délit à part entière. En France, un hacker encourt jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.

Quels logiciels utilisent les experts du Black Hat SEO ?

Voici quelques logiciels qui sont utilisés par les SEO Black Hat :

  • Jasper : c’est un outil qui permet de générer du contenu à la volée grâce à l’IA. S’il peut être utilisé également en white hat, en black hat, son utilisation est nettement moins soignée et les textes générés ne sont jamais retravaillés.
  • WordAi : WordAI est un logiciel en ligne qui permet de spinner à la volée des articles. En black hat SEO, cet outil est souvent utilisé pour spinné des articles puis les traduires automatiquement avec un logiciel de traduction pour générer du contenu de remplissage de manière rapide.
  • Scrapebox : il s’agit d’un outil qui va « scrapper » (c’est-à-dire exporter les informations) d’URL sur les moteurs de recherche. En plus de les extraire, il peut les trier selon leurs nombres de backlinks, leur position dans les SERP, etc… Il permet ensuite d’aller commenter les pages choisies à l’aide s’un script.
  • SENuke : l’objectif de SE Nuke est de t’aider à créer des schémas de linking automatisés approfondis. Il est assez cher et pas forcément facile à maîtriser mais va te permettre d’optimiser la création de compte et la publication de commentaires sur les sites communautaires. L’outil propose aussi désormais la possibilité de simuler l’intérêt d’internautes pour ton site en simulant des clics sur ton résultat de recherche.
  • XRumer : c’est un logiciel russe, qui a lui aussi pour but de créer des profils et publier des messages sur les forums. L’outil arrive à tout faire (commenter, créer des discussions, etc…) et peut même passer les captchas. C’est un logiciel très puissant qu’il faut utiliser avec précaution.
  • Spinnerchief : il s’agit d’un outil connu de content spinning. Il sert à générer des textes en masse grâce à la construction de master spin.

Commet améliorer le SEO d’un site sans passer par des techniques Black hat ?

Même en utilisant des méthodes White Hat, tu peux réussir à percer dans les résultats de recherche et te placer en première position de ces derniers. Voici quelques axes de travail SEO à approfondir pour optimiser le référencement naturel de ton site sans passer par des techniques risquées :

  • Créer des contenus de qualité
  • Mettre en place un cocon sémantique
  • Acquérir des backlinks naturellement grâce à un contenu de qualité, des RP et du linkbaiting
  • Optimiser son site pour qu’il soit rapide et performant
  • Optimiser le crawl de GoogleBot
  • Etc…

En fait, avant de s’intéresser à des techniques black hat risquées et non pérennes, il vaut mieux vérifier si on a tout fait de notre côté. Si tu n’as même pas cherché à optimiser ton propre site, tu devrais y songer avant de passer par ces leviers.

Rappel : quels sont les 3 piliers du référencement ?

Les 3 piliers du référencement sont :

  • Technique
  • Contenu
  • Popularité

Au-delà du White Hat ou du Black Hat, il faut surtout se concentrer sur ces 3 piliers dans un seul but : répondre aux requêtes des utilisateurs. Ces 3 piliers servent à soutenir l’expérience utilisateur, qui doit primer sur l’influence de l’algorithme. Si Google fixe des règles à suivre, c’est souvent dans cette optique-là.

Si tu as d’autres techniques de SEO Black Hat à nous partager, n’hésite pas à le faire dans l’espace commentaire ci-dessous.

5/5 - (1 vote)

One Reply to “Black Hat SEO : Qu’est-ce Que C’est ? 10 Exemples de Techniques”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.