NEWS #Digitale : envie de recevoir nos meilleurs articles ?  Inscription → 

Design Thinking : Définition, Méthodes & Exemples

Vous cherchez une méthode de gestion de projet efficace et créative ? Découvrez le Design Thinking et ses nombreux avantages !

Le Design Thinking fait partie des nouvelles méthodes de travail qu’il convient de comprendre pour pouvoir avancer. Qu’est-ce que c’est réellement ? Comment et pourquoi faire du Design Thinking ? Nous allons essayer de répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le sujet.
Design Thinking
Design Thinking

Design Thinking : Définition

Concrètement, faire du Design Thinking, c’est résoudre un problème comme le ferait un designer. Vu comme ça, cela ne veut pas dire grand-chose. Mais, c’est une méthode qui fait tout à fait ses preuves.

Grâce à des méthodes et des outils, vous allez pouvoir résoudre des problématiques, construire des projets, avec la même démarche de réflexion d’un designer.

L’objectif est de stimuler la créativité, en mélangeant le côté pratique et le côté créatif de l’esprit du designer. Il y a des nombreux principes, processus et méthodes à mettre en œuvre pour faire du Design Thinking mais nous y reviendrons par la suite.

Que veut dire Design Thinking en français ? Traduction

Si on traduit littéralement Design Thinking, on obtient clairement « la réflexion du design ». Cela résume ce qu’est la définition du Design Thinking en fait.

Définition de Design Thinking
Définition de Design Thinking

L’histoire du Design Thinking

Quels sont les origines du Design Thinking ? En réalité, ça fait déjà plus de 50 ans qu’on parle de cette manière de travailler. A l’époque, en 1969, le design était devenu une véritable façon de penser et de réfléchir, d’après Herbet A. Simon dans « Sciences of the Artificial« .

Dans les années 70, on a commencé à tester de manière scientifique ce côté créatif et « designer » du cerveau humain, dans cette optique de résolution de problème. Mais, c’est seulement dans les années 80 qu’on commence à enseigner de Design Thinking, dans la très célèbre université de Stanford, aux États-Unis.

Par la suite, dans les années 90, cette méthode va se démocratiser, notamment dans la façon de gérer des entreprises ou des industries. Le pouvoir du Design se développe et se montre de plus en plus aux yeux du grand public, et se répand beaucoup chez les américains puis l’Europe pendant les années 2000.

Aujourd’hui, en France, ce n’est pas forcément une méthode universelle, que tout le monde utilise. Néanmoins, sa puissance n’est plus à démontrer.

Quel est l’objectif du design thinking ?

Le Design Thinking possède en réalité bien des objectifs.

Tout d’abord, c’est une manière de fluidifier le travail en équipe, notamment entre personnes de compétences différentes. C’est tout simplement le principe d’intelligence collective et de coconception. Un gain non négligeable.

C’est aussi une manière de renforcer la cohésion au sein d’une équipe. Tout cela va aussi permettre ce qu’on appelle la cocréation, c’est-à-dire le fait de travailler avec des personnes qui n’ont pas forcément les mêmes domaines d’expertises.

Ensuite, un gain d’efficacité est un autre but du design thinking. De manière générale, travailler avec une procédure claire permet de gagner du temps. Ici, c’est le cas, travailler en équipe multi-compétences sur cette méthode permet de diagnostiquer les problèmes, de tester et trouver les solutions en peu de temps.

3 raisons de passer à cette méthode

Trouver plus d’idées

La pensée conceptuelle vous donne la liberté d’examiner les problèmes sous plusieurs angles. Elle implique un important travail de réflexion pour faire émerger les meilleures idées, ce qui permet d’élargir les connaissances et les possibilités.

Sur le long terme, prendre l’habitude de travailler de la sorte va développer votre esprit créatif et vous permettre de trouver potentiellement plus d’idées.

Les besoins du client au centre des problématiques

Comme nous l’avons vu précédemment, le design thinking implique le développement de prototypes où vous effectuez des tests et mettez en œuvre les commentaires du client de manière itérative pour assurer la qualité du processus et du résultat.

En suivant efficacement l’approche du design thinking, votre produit finira par répondre aux exigences des clients, qualitativement et quantitativement.

Les objectifs du Design Thinking
Les objectifs du Design Thinking

Développer sa réflexion et ses méthodes de travail

Vous accomplirez de nombreuses évaluations sur votre travail dans le cadre du processus de design thinking.

À court terme, vous tenterez toujours d’améliorer votre modèle en mettant en œuvre le retour d’information du client afin de vous assurer que ce dernier est satisfait.

Encore une fois, il faut aussi songer aux bénéfices sur le long terme, tous ces retours et l‘évolution continuelle de la méthode vont permettre de passer des paliers.

Design Thinking et Marketing Digital

Dans le domaine du marketing et du marketing digital, c’est une méthode de travail qui fait totalement ses preuves. En effet, ce processus est axé sur la réflexion et la recherche.

En marketing, on cherche toujours à comprendre le comportement de nos potentiels clients pour leur proposer les meilleurs contenus, produits ou autres. Dans ce cas-là, on va pouvoir par exemple créer des personas de meilleure qualité grâce au Design Thinking par exemple.

Ensuite, une fois qu’on a réfléchi au côté stratégique et au possible plan d’action, la phase de test du processus de Design Thinking est très importante. En effet, les tests, couplés aux différents retours, vont permettre de rentrer une nouvelle fois dans la boucle pour perfectionner la stratégie.

En fait, les différentes phases (que nous verrons juste après) forment une boucle quasi-infinie pour améliorer une stratégie marketing.

Comment faire du design thinking ?

Quels sont les critères indissociables à la base du design thinking ? Les 3 principes

1. Désirabilité

Ce premier grand principe est plutôt centré sur l’humain.

Comme son nom l’indique, il est important de comprendre les besoins de l’utilisateur final et / ou du client, sachant que ces 2 types de personnes ont souvent des points de vue différents.

Il faut examiner les avantages réels et perçus du nouveau produit pour les utilisateurs / clients et s’efforcer de comprendre ce qui motive les décisions d’achat et de consommation de ces groupes.

2. Faisabilité

La faisabilité correspond plutôt à l’aspect technologique.

Ce qui est important dans ce pilier, c’est d’examiner les exigences physiques, biologiques, contextuelles et environnementales, ainsi que la manière de répondre à ces exigences techniques. Concrètement, est-ce que c’est réalisable et en a-t-on les moyens de le faire aujourd’hui ?

Il faut essayer de réfléchir à la façon dont vous pouvez tirer des enseignements de l’expérience d’autres personnes qui ont modifié des produits analogues, et à la façon dont vous pouvez tirer parti de produits, de partenaires et de compétences externes.

En réalité, la question est beaucoup plus large que de savoir simplement si vous pouvez fabriquer le produit dans leurs usines. Vous allez devoir déterminer si le produit peut être fabriqué à l’échelle souhaitée en tenant compte des contraintes de la chaîne d’approvisionnement ou des moyens technologiques que vous avez à votre disposition.

3. Viabilité

Ici, on s’intéresse plutôt à l’aspect business.

La question est de savoir si c’est intéressant de fabriquer ou lancer ce produit / service. Il est important d’identifier l’opportunité de marché et le modèle commercial approprié pour mettre le produit à l’échelle.

Il faut comprendre qui est le consommateur, comment la solution proposée pourrait bénéficier à ce consommateur et déterminer la volonté de ce dernier à payer.

Une autre considération importante est l’impact du nouveau produit sur les produits actuels. La solution détournera-t-elle l’attention des secteurs stratégiques ou cannibalisera-t-elle un produit existant ?

Il est également important de définir si le produit peut passer de la production à la distribution au consommateur dans le délai souhaité.

Les process à suivre en 5 étapes

  1. L’empathie : L’étape d’empathie est essentielle pour analyser les problèmes là où ils se posent. Vous devez comprendre clairement les questions posées par les utilisateurs et faire preuve d’empathie à leur égard, afin d’en tirer le meilleur.
  2. Définir : Une fois que la recherche est terminée et que les informations requises ont été recueillies au cours de la phase initiale, l’étape suivante consiste à définir les problèmes et à se poser les questions possibles.
  3. Imaginer : L’étape suivante consiste à rassembler des idées pour résoudre les problématiques identifiées à l’étape précédente.
  4. Prototyper : Dans cette étape, nous développons un prototype en mettant en œuvre les idées identifiées lors de l’étape d’avant. Il faut même proposer plusieurs prototypes amenés à évoluer selon lequel est le plus pertinent.
  5. Tester : La dernière étape du design thinking consiste à tester votre prototype, tout simplement. Après le test, vous pouvez soumettre le prototype au client. En tenant compte des commentaires de ce dernier, il faudra veiller à faire évoluer le prototype et répéter tout le processus jusqu’à ce que le client soit satisfait.

Design Thinking : Exemples

Airbnb

Le design thinking a permis à Airbnb de passer du statut de start-up en difficulté à celui d’entreprise milliardaire (rien que ça).

Lorsqu’un des fondateurs de l’application a commencé à parcourir l’application comme un utilisateur, il a compris pourquoi personne ne réservait de séjour : parce que les photos étaient affreuses ! En effet, elles ne mettaient pas les biens en valeur, d’autant plus que les propriétaires les prenaient avec leurs smartphones. Les gens hésitaient à réserver un logement, car ils ne pouvaient pas bien voir ce pour quoi ils payaient. D’ailleurs, c’est toujours le cas aujourd’hui. Les propriétaires qui mettent des mauvaises ou peu de photos ne mettent pas en confiance.

Sans aucune donnée pour appuyer leur décision, les fondateurs ont trouvé une solution : se rendre à New York, louer un appareil photo et passer du temps avec les propriétaires chez eux pour prendre des photos qualitatives des maisons.

Airbnb s’est permis d’essayer des méthodes non conventionnelles pour résoudre les problèmes commerciaux. Airbnb est devenu le leader de sa catégorie maintenant (évalué à plus de 130 milliards de dollars) mais ne possède aucune propriété ni aucun actif.

Exemples de Design Thinking
Exemples de Design Thinking

IKEA

La gestion stratégique et la bonne gestion de la conception sont cruciales pour toute organisation afin d’atteindre l’innovation, afin d’être compétitif sur le marché. IKEA concentre toutes ses ressources sur la fourniture de produits innovants à ses consommateurs aux prix les plus bas possibles.

La méthodologie d’IKEA, qui consiste à combiner le design, les affaires et la production allégée pour faire face aux obstacles et aux limites de la concurrence, lui a permis de s’adapter et de changer rapidement en réponse aux nouveaux problèmes présentés par l’ère numérique.

Bien que la créativité à bas prix implique une réflexion plus stimulante sur le design, le succès de cet acte d’harmonisation a placé IKEA parmi les premières entreprises mondiales de l’industrie du meuble. Ils ont redéfini leur secteur et ont influencé d’autres secteurs grâce à leur volonté d’innovation et à leur discipline du design thinking pour avancer.

Nintendo et la Wii

La Wii a apporté une contribution à l’industrie du jeu vidéo, tant sur le plan économique que démographique. En effet, avant sa sortie, la démographie de base de l’industrie du jeu vidéo était constituée de joueurs invétérés, principalement des hommes et plutôt jeunes. Le secteur avait besoin d’un changement. Nintendo a contribué à lier les joueurs invétérés et les nouveaux joueurs occasionnels autour des jeux vidéos.

En 2005, Nintendo a créé la Wii, une console de jeu qui permet aux joueurs d’interagir avec la console par des mouvements du corps. Elle s’est instantanément démarquée de ses concurrentes car il s’agissait d’une console très conviviale qui offrait un nouveau mode de jeu vidéo et accueillait une nouvelle foule de joueurs. Tout le monde peut jouer à la Wii, quelque soit l’âge, l’expérience ou l’habilité. C’est ça la différence.

La Wii de Nintendo est la console de jeu la plus populaire à ce jour. Produite à plus de 100 millions d’exemplaires dans le monde, elle est évidemment l’une des consoles de jeux vidéo les plus vendues de tous les temps.

En créant une console intuitive et loin des standards, Nintendo a généré une expérience de jeu unique pour les familles et les amis du monde entier.

Quelques questions fréquentes au sujet du Design Thinking

Quels sont les outils principaux du Design Thinking ?

Il existe de nombreux outils que l’on peut utiliser en Design Thinking, mais voici quelques-uns des plus couramment utilisés :

  1. Cartes d’empathie : ces cartes aident à mieux comprendre les besoins et les attentes des utilisateurs en se concentrant sur leur point de vue, leur ressenti et leurs expériences.
  2. Personas : les personas sont des archétypes de clients ou d’utilisateurs représentatifs qui aident à mieux comprendre les comportements, les motivations et les besoins des utilisateurs.
  3. Mind mapping : cette technique permet de générer de nouvelles idées en les connectant visuellement.
  4. Prototypage rapide : cette méthode consiste à créer des prototypes simples et peu coûteux pour tester rapidement les idées et les améliorer.
  5. Entretiens utilisateur : les entretiens individuels avec les utilisateurs permettent de mieux comprendre leurs besoins, leurs motivations et leurs comportements.
  6. Testing utilisateur : cette méthode permet de tester les prototypes avec des utilisateurs réels pour recueillir des commentaires et des réactions.
  7. Design de service : cette approche met l’accent sur la conception d’expériences globales pour les utilisateurs, en se concentrant sur tous les points de contact avec un produit ou un service.
  8. Brainstorming : cette technique permet de générer rapidement un grand nombre d’idées et de solutions en groupe.
  9. Analyse des tâches : cette méthode permet de comprendre comment les utilisateurs interagissent avec un produit ou un service en examinant de manière détaillée chaque étape de leur processus d’utilisation.
  10. Storytelling : cette technique permet de communiquer efficacement les résultats du processus de conception en créant une histoire narrative autour de la solution proposée.

Qui est en charge du design thinking au sein d’une entreprise ?

Le Design Thinking est une approche qui peut être utilisée par différents membres d’une entreprise, et pas seulement par une personne ou un département spécifique. Mais dans certaines entreprises, il peut y avoir un groupe ou une équipe dédiée au Design Thinking qui est responsable de la mise en œuvre de cette approche.

Le rôle de l’équipe de Design Thinking peut varier en fonction de la taille et de la structure de l’entreprise. Dans les grandes entreprises, l’équipe de Design Thinking peut être dirigée par un responsable ou un directeur du Design Thinking qui supervise les activités de l’équipe et collabore avec d’autres départements pour mettre en œuvre des projets.

Dans les petites entreprises, l’équipe de Design Thinking peut être composée d’un ou plusieurs membres qui travaillent avec différents départements pour concevoir et mettre en œuvre des projets.

Le plus important, quel que soit l’organisation de l’entreprise, c’est que les membres de l’équipe de Design Thinking aient une bonne compréhension de l’entreprise, de ses besoins et de ses objectifs, ainsi que des compétences clés en Design Thinking telles que la créativité, l’empathie, la pensée critique et la capacité à travailler en équipe.

Quelles sont les compétences clés requises pour devenir un expert en design thinking ?

Pour devenir un expert en Design Thinking, voici quelques compétences clés qui peuvent être nécessaires :

  1. Empathie : la capacité de se mettre à la place des utilisateurs, de comprendre leurs besoins, leurs attentes et leurs émotions.
  2. Créativité : la capacité de générer de nouvelles idées et de trouver des solutions innovantes aux problèmes.
  3. Collaboration : la capacité de travailler efficacement en équipe, de partager des idées et de collaborer avec des personnes ayant des compétences et des perspectives différentes.
  4. Pensée critique : la capacité de remettre en question les hypothèses et les idées préconçues, de poser des questions et de prendre des décisions éclairées.
  5. Capacité d’observation : la capacité de remarquer les détails et de comprendre comment les utilisateurs interagissent avec un produit ou un service.
  6. Capacité à communiquer : la capacité de communiquer clairement les idées et les solutions proposées, à la fois à l’écrit et à l’oral.
  7. Adaptabilité : la capacité de s’adapter aux changements et aux nouvelles situations, et de trouver des solutions créatives aux problèmes imprévus.
  8. Capacité à apprendre : la capacité de continuer à apprendre et à développer ses compétences en Design Thinking et dans d’autres domaines pertinents.
  9. Pensée systémique : la capacité de comprendre les interactions complexes entre les différents éléments d’un système et d’identifier les impacts potentiels des solutions proposées.
  10. Compétences techniques : la connaissance et la maîtrise des outils et des techniques spécifiques du Design Thinking, tels que les cartes d’empathie, les personas, le prototypage rapide, etc.

Avant de se quitter…

Si cet article sur le Design Thinking vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à vous abonner à notre newsletter digitale pour recevoir nos prochains articles.

Vous pouvez également suivre nos meilleurs articles via notre flux RSS : https://www.leptidigital.fr/tag/newsletter-digitale/feed/ (il vous suffit de l’insérer dans votre lecteur de flux RSS préféré (ex : Feedly)).

Nous sommes aussi actifs sur Linkedin, Twitter, Facebook et YouTube. On s’y retrouve ?

Pour toute question associée à cet article, n’hésitez pas à utiliser la section « commentaires » pour nous faire part de votre remarque, nous vous répondrons dans les meilleurs délais (avec plaisir).

Un avis ? post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *