Veille et Actualités SEO

E-A-T : de quoi est fait l’avenir du SEO ?

google eat
La notion de critères E-A-T n’est plus toute récente en matière de référencement naturel. C’est notamment la publication des Search Quality Rating Guidelines (recommandations de qualité) en 2015 (mises à jour en 2019) qui a permis de prendre connaissance de ces facteurs.

La prise en compte de ces critères dans le cadre du référencement naturel implique la création d’un contenu de plus en plus qualitatif. En effet, Google souhaite mettre en avant les contenus dont la source est identifiable et dont l’information va être la plus pertinente possible pour l’utilisateur.

Google mise donc sur ces critères E-A-T pour déceler les contenus fiables des autres. Dans cette logique, le travail de référencement naturel va devoir apporter une réponse significative à ces critères. Toutefois, la stratégie à mettre en place pourra parfois dépasser les simples frontières du SEO.

Dans cet article rédigé par l’agence Linkweb, agence web présente à Toulouse et spécialisée dans la création de sites web ainsi que dans le référencement web, nous vous proposons de revenir sur cette notion d’E-A-T.

E-A-T : les critères de Google expliqués

Si cet acronyme est en train de s’installer dans l’esprit des référenceurs du monde entier, c’est tout simplement car il est déterminant pour comprendre la manière dont Google va évaluer la qualité d’un contenu.

Les critères désignés par l’acronyme E-A-T sont : l’expertise, l’autorité et la fiabilité (« trustworthiness »). Ils constituent trois piliers sur lesquels il va falloir travailler pour produire un contenu qui va être considéré comme qualitatif par Google.

Mais dans les faits, que désignent-ils réellement ?

Expertise :

La notion d’expertise vue par Google concerne le propriétaire du site web. En ce sens, ce dernier doit être un expert dans son domaine : il possède des compétences vérifiées et va devoir le prouver.

Pour une entreprise souhaitant travailler son niveau d’expertise, il va être nécessaire d’identifier les profils experts présents dans l’organisme pour les mettre en avant, mais ce n’est pas tout. Une fois identifiés, ces experts devront être présentés : la présence d’une page « équipe » est une possibilité pour mettre en avant la biographie des auteurs.

Enfin, pour être considéré comme un expert par Google, il va falloir être actif sur les réseaux sociaux professionnels, mais également dans sa prise de parole. Mener des conférences, participer à des webinars et se donner de la visibilité vont contribuer à enrichir son image d’expert.


Autorité :

Un site web ayant pour objectif d’être bien positionné sur Google doit faire autorité sur le Web.  À travers ce critère d’autorité est prise en compte la question de la popularité et de l’influence. À ce niveau, il va être nécessaire d’obtenir des liens en provenance de sites très influents dans son domaine thématique.

Il est indispensable d’asseoir sa compétence par de multiples références sur le Web. Le meilleur moyen pour que Google reconnaisse une marque va être de mettre en place tout un écosystème. En effet, développer la présence de la marque sur le Web (mais aussi en dehors) va permettre d’accroître sa popularité aux yeux de Google.

Compléter sa stratégie de référencement naturel par d’autres actions de communication peut également engendrer un effet positif sur le SEO par une présence importante de la marque sur des canaux divers et variés.

Fiabilité / Confiance :

Enfin, l’auteur et les contenus du site web doivent être fiables. Ils doivent être légitimes pour traiter d’un sujet en question. Ce critère découle très naturellement des deux précédents. Un contenu fiable sera avant tout un contenu rédigé par un expert du domaine et dont les informations présentées sont de confiance.

Toutefois, un nouveau critère (et pas des moindres) va entrer en compte pour déterminer la fiabilité d’une entreprise ou d’un auteur : son e-réputation. Il est indispensable de travailler sa réputation sur le Web pour optimiser sa « note » de qualité (même si cette dernière est fictive) aux yeux de Google.

Utiliser des outils tels que Trustpilot et savoir en tirer profit va être déterminant, tout d’abord en termes d’image vis-à-vis de ses cibles, mais également pour Google. C’est pourquoi il est fortement recommandé de mettre en place des modules directement sur son site web pour faire valoir une e-réputation avantageuse.

Si les critères E-A-T vont avoir un poids considérable à l’avenir, la question prédominante aujourd’hui se pose en particulier pour une catégorie de sites web : les sites de type YMYL.

Application des critères E-A-T pour les sites YMYL

Si la notion d’E-A-T va être déterminante à l’avenir pour toutes les entreprises souhaitant développer leur visibilité sur les moteurs de recherche, elle se cantonne surtout aujourd’hui aux sites web YMYL.

Qu’est-ce qu’un site web YMYL ?

YMYL est un acronyme qui fait référence à des sites web de type « Your Money Your Life » (Votre argent, votre vie). Autrement dit, il concerne une catégorie de sites web qui vont traiter de sujets fondamentaux.

Ce concept est essentiel dans le sens où il regroupe des sites internet abordant une thématique qui va avoir une influence sur la vie des utilisateurs au sens large.

Il s’agit principalement de sites web traitant de sujets liés à l’argent ou encore la santé. Nous pourrions citer, par exemple :

  • des sites web encourageant des transactions financières,
  • des sites web proposant des conseils pour la santé,
  • des sites traitant de problématiques liées aux assurances ou aux banques.
  • etc.

Google Medic Update : une secousse pour les sites YMYL

Il faut savoir que le mois d’août 2018 a été particulièrement mouvementé pour une partie de ces sites. En effet, la mise en place d’une Medic Update au cœur de l’algorithme de Google a provoqué un chamboulement du positionnement de certains sites, pourtant bien optimisés techniquement.

Cela s’explique par le fait qu’ils traitaient de thématiques sensibles sans pour autant avoir fait la démarche d’asseoir leur expertise, leur autorité et leur fiabilité sur le Web.

Cette mise à jour a donc eu un impact considérable en termes de SEO qui a amené certains à revoir leur stratégie afin de regagner leur position. Si l’optimisation technique ne suffisait plus, il a fallu que les auteurs démontrent leur compétence, fassent parler d’eux et soignent leur e-réputation.

Cette jurisprudence d’août 2018 semble démontrer toute la fragilité d’une stratégie de référencement naturel basée uniquement sur des critères techniques.

Cela engendrera-t-il une transformation notable en termes de SEO à l’avenir ? Est-ce que le SEO restera aussi accessible qu’aujourd’hui ou bien sera-t-il réservé à des acteurs en capacité de développer des actions de communication conséquentes ?

E-A-T : le SEO technique en désuétude ?

Une chose est sûre : Google a de plus en plus soif en matière d’information vis-à-vis des propriétaires de sites web. Et si le SEO technique, qui désigne l’ensemble des optimisations mises en place sur un site web, est indispensable au bon positionnement de ce même site, lui seul pourrait être insuffisant à l’avenir.

Dans le cadre des critères E-A-T, donner de la visibilité à un site web sur les moteurs de recherche va passer par la création d’un écosystème autour du site web en question.

L’émergence des concepts d’expertise, d’autorité et de fiabilité génère de nouvelles exigences en termes d’optimisation pour un site internet. En plus de la création de contenus de qualité, il faudra que leur origine soit identifiable, compétente et crédible.

Pour ce faire, il pourra être pertinent de soigner sa page à propos, mais également de mettre en avant ses réseaux sociaux professionnels et travailler son e-réputation via des outils comme Trustpilot, par exemple.

Présenter son équipe en mettant en avant les profils « experts » de l’entreprise sera aussi nécessaire en vue de gagner les faveurs de Google.

L’optimisation technique nécessaire, mais insuffisante

Ainsi, dire que l’optimisation technique en matière de référencement naturel tombe en désuétude paraît assez excessif. Toutefois, la mise en avant des critères E-A-T comme critères de qualité a amené les référenceurs du monde entier à se poser de nouvelles questions et revoir parfois leurs priorités.

Quoi qu’il en soit, le travail consacré à l’amélioration de la qualité des contenus est destiné à prendre de plus en plus d’ampleur dans les années à venir. En ce sens, l’optimisation technique, bien que nécessaire, pourrait bien devenir insuffisante alors que la création de contenu adapté restera la clé d’un bon référencement.

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Linkweb

Vous souhaitez recevoir nos meilleurs articles ?

En vous abonnant à la newsletter LEPTIDIGITAL, vous confirmez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité et de traitement des données (votre email ne sera jamais partagé et restera anonyme 😉 ).

Commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top