NEWS #Digitale : envie de recevoir nos meilleurs articles ?  Inscription → 

Google « Helpful Content Update » : Ce Qu’il Faut Savoir !

Google a annoncé le lancement prochain d’une nouvelle mise à jour algorithmique baptisée la « helpful content update ». Voici ce qu’il faut savoir à son sujet et les impacts à prévoir.

Google « helpful content update » : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une nouvelle mise à jour algorithmique de Google annoncée le 18 aout 2022 qui entend mieux récompenser les contenus utiles, rédigés pour les internautes, et à l’inverse, déclasser dans les résultats de recherche organiques les contenus rédigés pour les moteurs de recherche uniquement.

Cette nouvelle mise à jour sera dans un premier temps déployé à tous les résultats de recherche anglophones à compter du 22 aout 2022.

Le déploiement total prendra comme d’habitude autour de 2 semaines pour être complété. Google souhaite ensuite cibler les autres langues, dont le français, progressivement.

Quel est l’objectif principal de la helpful content update de Google ?

« La mise à jour sur les contenus utiles vise à mieux récompenser les contenus dans lesquels les visiteurs ont le sentiment d’avoir vécu une expérience satisfaisante, tandis que les contenus qui ne répondent pas aux attentes des visiteurs ne seront pas aussi performants. »

Google

Sur quels critères Google va-t-il se baser pour évaluer le niveau de satisfaction d’un internaute vis-à-vis d’un contenu ?

Google n’a, comme à son habitude, pas communiqué clairement sur le fonctionnement de son nouvel algorithme dédié à l’évaluation du niveau d’utilité d’un contenu pour les internautes, mais de nombreux signaux laissent penser que le moteur va utiliser en partie des données, qu’il a à sa disposition, liées à l’expérience utilisateur.

Voici un aperçu de données auxquelles il a accès via Chrome, Google Analytics, l’utilisation de son moteur de recherche et qui pourraient être utilisées dans le cadre de cette nouvelle mise à jour :

  • le temps moyen passé sur une page web ;
  • le taux de pogosticking (nombre d’internautes qui reviennent sur une page de résultat après avoir cliqué sur un résultat) ;
  • le taux de rebond ;
  • le nombre d’internautes qui effectuent une recherche proche de la précédente pour obtenir l’information qu’ils recherchent et qu’ils n’ont pas obtenu via leur première recherche ou navigation sur les articles visités ;
  • le temps de chargement de la page (mesuré via les Core Web Vitals) ;

Comment la content update va-t-elle fonctionner concrètement ?

  • Il s’agit d’un nouveau signal sitewide (qui analyse un site dans son intégralité) ;
  • L’algorithme va identifier automatiquement le contenu qui semble avoir peu de valeur, une faible valeur ajoutée ou qui n’est pas particulièrement utile aux personnes effectuant des recherches ;
  • Tout contenu, et pas seulement le contenu inutile, sur des sites dont il est établi qu’ils présentent une quantité relativement élevée de contenu inutile dans l’ensemble, sera moins susceptible d’obtenir de bons résultats dans les résultats de recherches, en supposant qu’il existe un autre contenu ailleurs sur le Web qu’il est préférable d’afficher ;
  • La suppression de contenu inutile pourra améliorer le classement de vos autres contenus ;
  • Bien que le système évaluera les sites en continu, les sites qualifiés par Google comme des sites avec trop de contenus inutiles seront impactés pendant plusieurs mois avant une éventuelle réévaluation de leur niveau de qualité ;
  • Tout le process de qualification sera entièrement automatisé (via du machine learning) : il ne sera donc pas question d’une action manuelle ou d’une pénalisation pour cause de spam ;
  • Des contenus qualifiés comme utiles pour les internautes sur des sites globalement qualifiés comme publiant du contenu peu utile aux internautes pourront toujours bien se positionner dans les résultats de recherche si Google estime que ces derniers sont pertinents ;
  • Les sites avec un niveau de contenus inutiles élevé seront logiquement plus négativement impactés dans les résultats de recherche (même pour leurs autres contenus) que les sites avec un niveau global de contenus classifiés comme inutiles moins important.

Qu’est-ce qu’un contenu utile pour les internautes selon Google ?

Selon Google, tous les contenus doivent être écrits pour les internautes avant-tout et non pas pour les moteurs de recherche.

Pour évaluer votre stratégie de création de contenus actuelle, Google a partagé une série de questions pour s’autoévaluer.

Selon le moteur de recherche, si vous répondez « Oui » à plusieurs ou l’intégralité des questions suivantes, c’est un signe qui indiquerait que vous rédigez davantage pour les internautes que pour les moteurs de recherche :

  • Si les visiteurs habituels de votre site ou les cibles de votre entreprise consultaient votre contenu, le trouveraient-ils utile s’ils le découvraient sans passer par les résultats de recherche ?
  • Votre contenu démontre-t-il clairement une véritable expertise et des connaissances approfondies (par exemple, une expertise résultant de l’utilisation d’un produit ou d’un service, ou de la visite d’un lieu) ?
  • Votre site a-t-il un but ou un objectif principal ?
  • Après avoir lu votre contenu, le lecteur aura-t-il le sentiment d’en avoir appris suffisamment sur un sujet pour l’aider à atteindre son objectif ?
  • Le lecteur de votre contenu aura-t-il le sentiment d’avoir vécu une expérience satisfaisante ?
  • Gardez-vous à l’esprit les conseils de Google concernant les mises à jour du coeur de son algorithme et celles concernant la product review update ?

Quels sont les signes que vous rédigez davantage pour les moteurs de recherche et pas suffisamment pour les utilisateurs selon Google ?

Dans son article de blog annonçant la mise à jour, Google a partagé une série de questions que les webmasters et référenceurs peuvent se poser pour réaliser une auto-évaluation du risque qu’ils ont de se faire impacter ou non par cette nouvelle mise à jour sur l’utilité des contenus.

La réponse « Oui » à plusieurs ou l’ensemble de ces questions serait pour Google un signe que vous rédigez davantage pour le moteur de recherche que pour l’internaute :

  • Le contenu est-il principalement destiné à attirer les internautes à partir des moteurs de recherche, plutôt que d’être rédigé pour les humains ?
  • Produisez-vous beaucoup de contenu sur différents sujets dans l’espoir que certains d’entre eux soient performants dans les résultats de recherche ?
  • Utilisez-vous une automatisation poussée pour produire du contenu sur de nombreux sujets ?
  • Résumez-vous principalement ce que les autres ont à dire sans y ajouter beaucoup de valeur ?
  • Écrivez-vous sur des sujets simplement parce qu’ils semblent être à la mode et non parce que vous écririez sur eux autrement pour votre public existant ?
  • Votre contenu donne-t-il aux lecteurs l’impression qu’ils doivent chercher à nouveau pour obtenir de meilleures informations auprès d’autres sources ?
  • Lorsque vous écrivez du contenu, vous fixez vous un nombre de mots cible à atteindre parce que vous avez entendu, lu (ou obtenu d’un outil tiers) que Google a un nombre de mots préférés pour ce sujet ?
  • Avez-vous décidé de cibler une niche sans avoir une réelle expertise, mais surtout parce que vous pensez pouvoir obtenir du trafic issu des moteurs de recherche ?
  • Votre contenu promet-il de répondre à une question qui n’a en fait pas de réponse, par exemple en suggérant qu’il y a une date de sortie pour un produit, un film ou une émission de télévision alors qu’elle n’est pas confirmée officiellement ?

Source

4.5/5 - (11 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.