Growth Hacking

17 conseils pratiques pour optimiser le temps de chargement d’un site WordPress ! [Infographie]

optimiser temps chargement WordPress

Vous souhaitez booster le temps de chargement d’un site ou blog WordPress ? Voici 17 conseils efficaces pour diminuer le temps de chargement d’un site.

Vous souhaitez recevoir le meilleur de notre veille digitale ? 👇

Avec 28% des sites internet créés avec son CMS OpenSource, WordPress est le Content Management System le plus utilisé au monde pour la création de sites et blogs. Voici 17 pistes (parmi de nombreuses autres) à creuser pour optimiser le temps de chargement d’un site fonctionnant sous WordPress.

Comment tester le temps de chargement de son site / blog WordPress ?

Pour tester le temps de chargement de son site ou blog WordPress, plusieurs ressources en ligne et outils vous permettent de faire des tests gratuitement.

Parmi le large choix disponible, nous vous recommandons en priorité ces 4 outils gratuits :

Pourquoi otpimiser le temps de chargement de son site WordPress ?

  • Google utilise le temps de chargement comme l’un de ses nombreux facteurs de positionnement SEO : un temps de chargement plus rapide vous donne donc plus de chances de bien vous positionner sur le moteur de recherche utilisé par plus de 90% des Français.
  • Une meilleure expérience utilisateur = plus de ventes / conversions :
    • un site qui se charge en plus de 5 secondes a un taux de rebond 2 fois plus élevé qu’un site en dessous.
    • 53% des mobinautes abandonnent un site si ce dernier met plus de 3 secondes à se charger sur leur smartphone.

Maintenant que vous savez pouquoi vous devriez optimiser la vitesse de chargement de votre site ou blog WordPress, voici comment procéder avec 17 conseils pratiques.

17 conseils pour optimiser le temps de chargement d’un blog ou site WordPress :

(Il est important de noter que ces 16 conseils ne sont pas classés par ordre de priorité)

1- Limiter au maximum le nombre de plugins WordPress : ce conseil est valable pour optimiser le temps de chargement mais aussi pour limiter les risques de failles de sécurité. Garder moins de 20 plugins actifs est une bonne pratique, le moins étant le mieux et le plus sûr.

2- Optimiser le poids et la taille des images affichées sur le site : inutile par exemple d’intégrer une image de 1200 x 900 pixels sur votre site WordPress si cette dernière ne sera ensuite affichée aux internautes qu’en 600 x 450 pixels. Il est par ailleurs recommandé de spécifier les dimensions des images directement dans le HTML pour aller encore plus vite (via les attributs width et height que l’on doit intègrer directement dans la balise <img> et renseigner avec les dimensions exactes de l’image).

3- Choisir le bon format d’image (.jpg / .png / .svg / .webp) : pour les images vectorielles (logos, certaines infographies, éléments graphiques sans trops de couleurs), préférez le .png ou .svg. Pour les autres images matricielles plus complexes (photos), préférez le format .jpg ou .webp. A titre d’exemple, notre image à la une pour cet article ne pèse que 11KB alors qu’elle fait 834*467 pixels. Nous avons utilisé Photoshop et l’enregistrement en PNG 8 en 16 couleurs pour y arriver.

4- Compresser les ressources HTML, CSS et JS : si vous éditez les fichiers CSS, HTML, JS, c’est certes plus agréable d’avoir de nombreux espaces, mais ceux-ci ralentissent votre site WordPress inutilement. De nombreux plugins gratuits et payants font le boulot à votre place, parmi eux, on peut citer : Fast Velocity Minify (tout en un), Minify HTML (uniquement pour minfier le HTML), Better WordPress Minify (CSS et JS), WP Rocket (tout en un mais payant). Si vous optez pour un plugin « tout en un », un seul suffira sur votre site WordPress.

5- Permettre la mise en cache serveur / navigateur : sans mise en cache serveur / navigateur activée, de nombreuses ressources statiques de votre site se chargeront à chaque fois même si ces dernières ne changent pas. Pour activer cela, il faut soit savoir comment modifier son fichier .htaccess, soit avoir recours à des plugins tiers comme W3 Total Cache, WP Fastest Cache and co (un seul plugin suffit).

6- Avoir recours à un CDN (Content Delivery Network) : votre site WordPress reçoit du trafic de nombreux pays internationaux ? Si oui, vous devriez songer à opter pour un CDN afin d’accélérer le chargement de vos images et autres ressources. De nombreux CDN existent sur le marché, on peut par exemple citer Cloudfare, MaxCDN, …

7- Nettoyer la base de données de données inutiles : au fur et à mesure, la base de données de votre site WordPress accumule de nombreuses données inutiles (commentaires spammés, corbeillés, …). Un nettoyage régulier permet de limiter son poids et donc son temps de chargement. Pour la nettoyer sans risque, le plugin WP Optimize est recommandé (inutile de le gardé actif après nettoyage).

8- Limiter les ressources externes chargées sur votre site web : likebox facebook, bouton follow Twitter, bouton follow LinkedIn, Google Fonts and co font appels à des ressources externes qui contribuent à ralentir (de manière assez importante) le temps de chargement de votre site WordPress. Sur LEPTIDIGITAL, en remplacement de la likebox Facebook, nous avons par exemple récemment opté pour une image très légère qui redirige vers notre page Facebook (on perd surement quelques likes au passage mais les personnes qui souhaitent vraiment suivre notre page Facebook ne seront pas bloquées par cela).

9- Charger les ressources JS de manière asynchrone : la différence entre un chargement synchrone ou asynchrone est assez simple : une ressource JS synchrone se chargera en même temps que le reste de la page, une ressource asynchrone attendra elle que toutes les autres ressources se soient chargées avant de se charger (c’est pour cela qu’au chargement d’une page, les publicités s’affichent souvent légèrement après).

10- Opter pour un bon hébergement web : si le serveur dédié est le plus optimisé, c’est aussi le plus cher. Vous pouvez toutefois obtenir de bonnes performances avec des hébergements mutualisés optimisés pour WordPress. Parmi les hébergeurs intéressants, O2switch (celui que nous utilisons pour LEPTIDIGITAL) est un hébergeur performant et bon marché.

11- Limiter le nombre de révisions enregistrées de vos articles via le fichier wp-config.php : cette optimisation plus avancée de WordPress recquiert la modification du fichier wp-config.php. C’est surtout recommandé pour les sites qui ont des centaines d’articles même si cela peut également impacter les petits sites.

Voici la ligne de code à ajouter à votre fichier wp-config.php (vous pouvez changer la valeur « 3 » pour autoriser plus ou moins de révisions :

define('WP_POST_REVISIONS', 3);

12- Optez pour un plugin de partages sociaux qui n’impacte pas le temps de chargement de votre site : les compteurs de partage sont généralement gourmands et à éviter mais ils peuvent aussi stimuler des partages futurs. Le plus optimisé étant de réaliser des boutons de partage en HTML / CSS et JS sans avoir recours à des plugins spécialisés pourtant très intéressants comme SumoMe ou MashShare (ceux installés sur LEPTIDIGITAL à date).

13- Limiter au maximum le nombre de publicités appelées sur les pages : les scripts publicitaires ne peuvent pas être optimisés car il s’agit de ressources externes, chargez-en donc le moins possible.

14- Limiter le nombre d’appels du script Google Adsense : vous utilisez plusieurs blocs publicitaires Google Adsense ? Limitez simplement le nombre d’appels du script publicitaire Adsense en l’intégrant qu’une seule fois dans la page. Voici l’exemple de code qui devrait être présent qu’une seule fois dans votre code source :

<script async src="//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js"></script>

15- Optimiser le temps de chargement des pages mobiles en optant pour AMP : s’il est très facile de passer un blog WordPress en AMP avec le plugin officiel, il faudra en revanche sutomiser le CSS et le code source afin d’arriver à une mise en forme proche de votre version mobile responsive actuelle. En alternative vous avez aussi le plugin AMP for WordPress (non testé) qui semble pas mal.

16- Oubliez l’HTTP, passez en HTTP/2 : le protocole HTTP/2 permet de gagner un petit peu en temps de chargement. Seul « inconvénient », vous devez obligatoirement être en HTTPS pour pouvoir profiter du HTTP/2. Votre hébergeur doit également le supporter (o2switch le fait).

17- Activer keep-alive dans le fichier .htaccess : si ce n’est pas déjà fait sur votre site WordPress via un plugin ou dans votre fichier .htaccess, nous vous recommandons vivement d’activer HTTP Keep-Alive. Cette activation permettra le transfert de vos fichiers en un nombre limité de connexion. Pour tester si votre site utilise déjà Keep-Alive, rendez-vous sur ce site et insérez y n’importe quelle URL de votre site.

Si keep-alive n’est pas activé sur votre site, il vous suffira d’ajouter ces 3 lignes de code dans votre fichier .htaccess situé à la racine de votre site / hébergement :

<ifModule mod_headers.c>
Header set Connection keep-alive
</ifModule>

Voici une infographie qui présente les 10 premières optimisations :

infographie optimiser temps chargement wordpress

10 pistes pour optimiser le temps de chargement d’un site WordPress en 2017 par Like@d

17 conseils pratiques pour optimiser le temps de chargement d’un site WordPress ! [Infographie]
4.5 - 8 votes

Vous souhaitez recevoir le meilleur de notre veille digitale ? 👇

Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LEPTIDIGITAL est un blog vous proposant le meilleur de l'actualité digitale (SEO, Webmarketing, Social Media, SEA, Emailing, E-commerce, ...)

LA NEWSLETTER LEPTIDIGITAL

Recevez nos meilleurs articles en 1 clic !

UN PETIT LIKE ?

leptidigital facebook
haut